Photo du mois : Les matinées sportives et éducatives

fscf002.jpg

1964, à l’époque où Jacques Tati travaillait sur Playtime, critique délicieuse et singulière de la modernité du quartier de la Défense, une autre modernité, moins tape à l’œil que les immeubles en verre de Puteaux, s’exprimait à 5km de l’autre côté de la Seine. 

Le Parc des Princes, dans une belle journée printanière, se remplit de pas moins de 30 000 jeunes venus admirer encore une fois une pléiade de champions et vedettes sportives. 

Un défilé des sections du Bataillon de Joinville, des moniteurs de gymnastique de la garde républicaine pour les amateurs, et même Hugues Aufray, ou encore Eddie Mitchell. 

Aux temps où la modernité froide désunit les gens et les espaces, la modernité fédérale rassemble les générations, et sublime le soleil de mai dans une vraie journée éducative.