Groupe de propositions de sens

Le Groupe de propositions de sens (GPS)

La fédération s’est dotée depuis 2010 d’un GPS : Groupe de propositions de sens.

Son premier objectif est de faire vivre le projet éducatif, dans toutes ses dimensions, tel qu’il est défini dans son introduction :

  • La Fédération Sportive et Culturelle de France est une fédération affinitaire humaniste, d’inspiration chrétienne, ouverte à tous et qui, dans ses diverses actions, place l’Homme au centre de ses préoccupations. Au travers des activités et des actions qu’elle propose, elle vise l’épanouissement harmonieux de la Personne dans toutes ses dimensions.
  • La Fédération privilégie une vie associative propice au vivre ensemble et à la convivialité, sources de plaisir et de joie partagée.
  • Dans cet esprit, la Fédération fonde ses objectifs éducatifs essentiellement sur l’Ouverture, le Respect, l’Autonomie, la Solidarité et la Responsabilité.

Retrouvez dans ce sens le projet éducatif de la Fédération.

Définition du G.P.S

« G » pour groupe, la notion d’équipe parait très importante. La « diversité » des  membres faisant la richesse du groupe. Chacun étudiant les questions abordées avec sa sensibilité, son « éclairage », ses références culturelles, spirituelles... Faire groupe, chacun venant nourrir l’esprit de groupe pour en faire bénéficier toute la structure (asso, cd, cr, fédé).

 « P » pour propositions, rien n’étant obligatoire, ni imposé. Et propositions avec un « s » car les pistes, les routes peuvent être multiples. Pour atteindre l’idéal du projet fédéral, l’innovation est de mise.

 « S » pour le sens, la signification, mais aussi les directions…Sens du développement de la personne, d’une meilleure humanité, sens de l’engagement. Quant aux directions : géographiques c’est tout le territoire fédéral, signalétiques pour les déclinaisons d’éthique et de déontologie.

"Mars 2021 : Ne me parlez pas de carême"

Je comprendrais qu’en ce temps de pandémie qui n’en finit pas, on trouve déplacé d’aborder un tel sujet. Ces mois qui s’enchainent avec leur lot de contraintes et de privations en tout genre ne nous éprouvent-ils pas suffisamment ? Voulez-vous donc en rajouter ? Pitié !

Rassurez-vous, je n’ai aucunement l’intention de vous prodiguer des recommandations d’ascèse renforcée. Trop souvent, hélas, on réduit le carême à une période pénible de mortifications et de macérations qu’il convient de s’imposer pour parvenir à la joie de Pâques. Dans de nombreux esprits s’est installée la confusion entre la fin et les moyens.

De par notre expérience à la FSCF, nous savons faire cette distinction. Si nous visons la victoire dans une compétition, nous prenons les moyens de nous y préparer. Ceux-ci vont varier selon les circonstances et les personnes. Il serait absurde de s’imaginer qu’un schéma intangible d’entraînement nous garantisse le triomphe. Il y a, certes, des incontournables pour une bonne préparation mais il faut souvent adapter, ajuster, personnaliser et affiner.

Le carême n’est pas fait pour se traîner et subir. C’est tout au contraire une période où, librement et volontairement, on se recentre sur la source de la vraie joie. Il s’agit de nous désencombrer et nous désenchaîner pour gagner en liberté. Nous connaissons ces 3 invitations de l’Eglise à prier, jeûner et partager. Elles ne sont que des moyens ; chacun, s’il le souhaite, fera à titre personnel ses choix les plus appropriés. Mais le but poursuivi est bel et bien de vivre vraiment et pleinement. Notre cœur est fait pour cela.

Depuis le début de la pandémie, dans nos associations, nul n’est épargné par les difficultés et les défis à surmonter. Nous ne devons ni nous traîner ni nous contenter de subir. Les pistes exploitées et les initiatives prises sont multiples mais le but poursuivi est le même : se recentrer sur ce qui est l’âme de nos associations et de la FSCF afin qu’elles vivent vraiment et pleinement. Le carême est un temps d’espérance ; nous devons donc avancer dans l’espérance. Au terme de ce cheminement, la fête de Pâques laissera éclater ces mots : « Ô mort, où donc est ta victoire ?… La mort a été vaincue par la vie ». Au terme de ce temps de pandémie, lorsque le temps sera venu, ayant tenu courageusement dans l’espérance, nous aussi nous pourrons nous écrier : « Covid-19, où est ta victoire ? Nous sommes là, bien vivants … La fédé est là, toujours bien vivante ».

Père Gilles Morin

Aumônier national

Les productions du GPS

Le Flyer sur l'ouverture et l'autonomie 15-16

FSCF flyer autonomie

Le Flyer sur le respect 16-17

FSCF flyer respect

FSCF flyer respect

Le flyer sur la Responsabilité 17-18

FSCF flyer responsabilité 2017

FSCF flyer responsabilité 2017

Le flyer sur la responsabilité 18-19

FSCF flyer responsabilité 2018

FSCF flyer responsabilité 2018

Le flyer sur la solidarité 20-21

.

Membres du groupe GPS :

  • Nicole HAY – Centre Val-de-Loire 
  • Gérard BRIAUD – Centre Val-de-Loire
  • Sophie MERTZ – Grand-Est
  • Père Gilles MORIN – Aumônier national
  • Anne Marie LEMOINE – Pays-de-la-Loire
  • Anne RAJON – Auvergne Rhône-Alpes
  • Dominique MOREL – Auvergne Rhône-Alpes
  • Fabienne FOURNERET – Bourgogne Franche-Comté
  • Christophe GIGLEUX – Auvergne Rhône-Alpes
  • Patrick LAURENDEAU – Centre Val-de-Loire
  • Philippe JULLIEN - Grand-Est
  • Dominique ALLAIN – Association Voir Ensemble

PLUS D'INFORMATIONS

Pour toute demande d'information, veuillez contacter gps@fscf.asso.fr

Téléchargement