Les bienfaits du sport et de la culture pour vaincre le cancer

FSCF_Les-bienfaits-du-sport-et-de-la-culture-pour-vaincre-le-cancer

Le cancer est une maladie décrite depuis l'Antiquité. C'est le médecin grec Hippocrate qui, en comparant les tumeurs à un crabe, leur a donné pour la première fois les noms grecs de « karkinos » et « karkinoma ». La comparaison est justifiée par l'aspect de certaines tumeurs, dont les prolongements rappellent les pattes de l'animal.

Longtemps, le cancer a été une maladie incurable. Aujourd'hui, grâce aux progrès de la médecine, nombre de cancers sont guéris. Pourtant, le mot garde encore de nos jours une charge symbolique puissante, associée à des évocations particulièrement sombres.

Une description de nos connaissances actuelles des cancers, sur le plan biologique et médical, invite à dépasser cette représentation. Sur le plan biologique, le cancer résulte de la survenue d'un dysfonctionnement au niveau de certaines cellules de l'organisme. Celles-ci se mettent à se multiplier de manière anarchique et à proliférer, d'abord localement, puis dans le tissu avoisinant, puis à distance où elles forment des métastases.

Sur le plan médical, le mot « cancer » désigne en fait un groupe de maladies très différentes les unes des autres. C'est pourquoi on ne devrait pas parler du cancer, mais des cancers, au pluriel.

(Extrait du site web de l’InCA (Institut National du Cancer 2021)

Les chiffres des cancers

On estime à 382 000 le nombre de nouveaux cas de cancers (incidence) et à 157 400 le nombre de décès (mortalité) en 2018 en France. Les cancers les plus fréquents sont ceux de la prostate, du sein, du côlon-rectum et du poumon (sources site web InCA)

Cancers et pratiques artistiques et culturelles

De nombreuses études scientifiques ont montré récemment l’intérêt des pratiques artistiques et culturelles sur les patients cancéreux. Le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé de 2019 note une diminution des effets secondaires des traitements (fatigue, manque d’appétit, nausée, anxiété, etc.) mais aussi une réduction de la douleur. Il a également été signalé que l'écoute de musique permettait de réduire la durée du séjour à l'hôpital à la suite d'une chirurgie pour un cancer. Les pratiques artistiques et culturelles réduisent le stress, l’anxiété et la dépression et améliorent la qualité de vie. Ces effets bénéfiques sont également retrouvés au niveau physiologique avec une diminution de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque, diminution des hormones de stress, augmentation de l’activité immunitaire et réduction de l’inflammation.

Cancers et Activités Physiques et Sportives

De même, les effets bénéfiques d’une pratique régulière d’Activités Physiques et Sportives (APS) dans les cancers sont maintenant bien établis de façon scientifique.

  • Diminution de 25% du risque de développer un cancer du sein ou du colon
  • Diminution du risque de mortalité de 40 à 50% après avoir fait un cancer.
  • Diminution de 30% de la fatigue liée au cancer
  • Amélioration globale de la qualité de vie, de son état psychologique, de l’estime de soi, etc.
Comment la pratique physique s’intègre-t-elle dans un parcours de soin ?

Les APS intègrent depuis plusieurs années la panoplie thérapeutique des cancers. Pendant le traitement, les structures de soins (hôpitaux, centres de lutte contre le cancer) ont créé des espaces de pratiques physiques dans lesquels professionnels de santé et animateurs en Activités Physiques Adaptées STAPS  (APAs) débutent le réentrainement à l’effort des patients cancéreux particulièrement désadaptés au moindre effort.

A leur sortie de l’hôpital, les patients sont pris en charge grâce à des ateliers qui font la passerelle (d’où leur nom d’atelier passerelle) entre les structures de soins et les structures de proximité proposant des Activités Physiques Adaptées (APA) effectuées par des animateurs APAs et en restant sous contrôle des structures de soins.

Poursuite des APA avec Atoutform'

A l’issue de cette période en atelier passerelle, les ex-patients et maintenant pratiquants peuvent faires des APS adaptées dans une association Sport Santé dans le cadre de la thématique Form+ de la FSCF. Cette activité s’intègre dans le dispositif d’Activités Physiques Adaptées sur prescription médicale selon la loi de modernisation de notre système de santé de Janvier 2016. Ces APA doivent être prescrites par un médecin. Afin de faciliter ce dispositif, des plateformes dédiées au Sport Santé et des maisons Sport Santé ont été créées. Ces structures ont pour objectif d’aider les pratiquants, professionnels de santé et animateurs d’associations Sport Santé à orienter de manière optimale le pratiquant vers l’activité qui lui est le plus adaptée en fonction de ses capacités mais aussi de ses souhaits.

En fonction des capacités du pratiquant, l’activité sera encadrée par un animateur aux compétences appropriées : Animateur APAs, éducateur sportif, animateur professionnel (CQP, BPJEPS, etc.) ou fédéral spécialement formé aux APA sur prescription médicale (formation Sport Santé Form+ fédérale).

Par la suite, une fois que le pratiquant aura récupéré toutes ses capacités, il pourra continuer les APS au sein des activités Sport Loisir voire Sport tout court jusqu’à la compétition.

Cette organisation, voulue par nos institutions, peut paraître lourde mais il ne faut pas oublier qu’on parle là de patients qui ont subi une maladie grave qui les rend fragiles à la sortie des soins. Pour que les APS soient bénéfiques, il est indispensable de prendre des précautions et que les APS soient bien adaptées à leurs capacités. C’est la raison pour laquelle la thématique Atoutform’/Form+ a été créée à la fédération accompagnée d’une formation Sport Santé reconnue par les ministères des sports et de la santé.

Actuellement, seul l’aspect APS et Cancer a été développé à la FSCF (mais aussi dans les autres fédérations). La fédération va intégrer progressivement les aspects artistiques et culturels dans la lutte contre les cancers.

 Pour en savoir plus :

Retrouvez ici toutes les informations du programme santé Atoutform’ et sa thématique Form+.